le traitement des tendinites calcifiantes

infiltrations et ponctions lavage font partie intégrante du traitement des tendinites calcifiantes de l’épaule, si les moyens médicamenteux et kinésithérapiques ne suffisent pas.

Les infiltrations:

il s’agit d’injecter un dérivé de la cortisone, dans la bourse sous-acromio-deltoïdienne (BSAD) , de façon à enlever l’inflammation qui l’affecte, ce qui permet bien souvent de calmer une bonne partie des douleurs.

En effet la calcification peut déformer le tendon et occasionner un conflit avec la voute osseuse située juste au dessus. Il entraine un frottement de la BSAD et donc inflammation et douleurs.

Ce geste a l’avantage de diminuer les douleurs sans toucher au tendon lui même, et peut permettre de passer un cap douloureux en se rappelant que la calcification guéri dans la majorité des cas.

 la ponction-lavage de calcification

On ne pratique plus les triturations de calcification, aux effets souvent rapides, mais qui délabrent trop le tendon. La tendance actuelle est d’effectuer, sous échographie, une ponction de la calcification, et une fois dans celle-ci, d’injecter du sérum physiologique (eau salée stérile) pour tenter de dissoudre en partie le calcium qui y est. Cela peut alors parfois induire un reflux spontanné d’un liquide crayeux. le chenal qui est créé aide la calcification à s’évacuer dans la BSAD. Pour limiter les phénomènes douloureux que cela peut occasionner, on lave abondamment la BSAD et on termine par une injection d’un corticoïde retard.

cette technique n’induit quasiment pas de traumatisme au tendon lui même. Il peut être nécessaire d’effectuer une deuxième, voire une troisième ponction-lavage, si la calcification est volumineuse ou dense.

Il est fréquent d’avoir dans les heures et les jours qui suivent un certain rebond douloureux, correspondant souvent à l’évacuation de la calcification.