L’infiltration en pratique

AVANT L’INFILTRATION:

Prévoyez autant que possible un temps de repos le jour même et le lendemain de l’infiltration. Le repos est modulé en fonction du type d’infiltration ou de sa localisation. Dans certains cas, on vous recommandera de venir accompagné pour ne pas avoir à prendre le volant juste après.

Il ne vous est pas nécessaire d’être à jeûn. Signalez à votre rhumatologue toute allergie connue, notamment aux anesthésiques locaux ou aux produits de contraste à base d’iode (si infiltration sous radio).

L’INFORMATION

Une notice d’information vous est remise au préalable, adaptée au type d’infiltration prévue. Vous la lirez chez vous et la ramènerez le jour même. N’hésitez pas à poser toutes les questions qui vous sembleront nécessaires avant le geste.

LE GUIDAGE

Pour maximiser l’effet de l’infiltration, et diminuer le risque de douleur lors du geste, votre rhumatologue va utiliser très fréquemment un appareil d’imagerie médicale. Il s’agira soit d’un échographe, soit de notre appareil de radiologie. Dans ce cas, il est injecté au préalable un produit de contraste à base d’iode. Ce dernier, en se répartissant dans l’articulation, permettra d’être certain d’être au bon endroit.

Infiltration sous radio :Injection de produit de contraste dans une articulation du pied

LE GESTE LUI MÊME

Une désinfection locale en 3 temps (Betadine moussante, rinçage, Bétadine dermique) est effectuée au préalable. Le rhumatologue portera un masque et, le plus souvent, des gants stériles. Avant toute infiltration potentiellement douloureuse, une anesthésie locale est effectuée. Elle n’est pas forcément indispensable, puisqu’il s’agit également d’une piqûre. Si le guidage est aisé et la zone infiltrée peu sensible, l’infiltration elle même ne sera pas plus douloureuse que l’anesthésie.